Les nouvelles technologies ont complètement muté le marché de la nutrition sportive ainsi que le mode de vie des internautes. En effet, un nouveau marché se dessine pour répondre aux mieux aux différents besoins et attentes de ces néo-consommateurs (« Des personnes de toutes les générations, de tous les pays, qui renouent avec le rythme des cycles alimentaires et s’y reconnectent. Tous participent à un mouvement que nous appelons « la révolution de l’alimentation », à la recherche du sens que nous avons perdu. »Emmanuel Faber – Président-directeur général de Danone).

Au delà des acteurs histoire du marché, de nombreuses marques peuvent saisir l’opportunité à condition de se démarquer sur ce marché concurrentiel.

1. Un marché en croissance

Le marché mondial de la nutrition sportive représentait 28,37 milliards de dollars en 2016 et devrait atteindre 45,27 milliards de dollars en 2022, avec un taux de croissance annuel composé d’environ 8,1% entre 2017 et 2022, selon un nouveau rapport de Zion Market Research.

Plus qu’une activité physique, le sport est devenu depuis ces dernières années un style de vie actif et sain. Ce phénomène se traduit par l’explosion de la fréquentation des salles de sport et de la consommation de produits de nutrition sportive.

Les fédérations des professionnels de la remise en forme ont également encouragé les consommateurs à adopter un mode de vie sain et actif notamment avec les campagnes de prévention-santé gouvernementales « manger-bouger » « manger 5 fruits et légumes par jour »…

Évidemment, d’autres facteurs nourrissent l’évolution du marché : l’urbanisme, l’attrait des Millenials pour le sport et la nutrition sportive, l’expansion des canaux de distribution, les nouvelles technologies, les réseaux sociaux, les influenceurs …

2. De l’athlète à « l’active lifestyle user »

La typologie des consommateurs est en train d’évoluer. Avant, les segments principaux étaient les bodybuilders et les athlètes. Aujourd’hui, une nouvelle catégorie de sportifs de loisirs faisant du sport plusieurs fois par semaine émerge. Ces derniers recherchent des produits alimentaires pouvant les soutenir dans leur activité sportive.

Les attentes changent et sont évidemment celles du grand public : praticité, gout, promesses et information.

Et ça, les marques de nutrition sportive l’ont bien compris : les sportifs ne sont pas que sur les lieux de sport, mais aussi sur les réseaux sociaux. C’est pourquoi, elles doivent adapter leurs messages et se positionner face à la concurrence pour répondre au mieux aux attentes des néo-consommateurs.

3. Le contenu : créez votre univers de marque !

Les stratégies digitales de contenu permettent de générer de l’audience, de capter l’attention des internautes, de viser les positions de choix sur les pages de résultat de recherche mais également de fédérer une communauté.

Créer du contenu c’est se positionner, mettre en avant son avantage concurrentiel. « Qu’est ce que nous proposons de plus que les autres ? », à qui nous nous adressons : les sportifs de haut niveau, les sportifs lambdas, les crossfiteurs, les runners …. Tant de typologies de clients qui se trouvent sur le web et ont leurs propres codes. Apprenez et comprenez leurs attentes pour proposer le bon message et le bon contenu.

Il faut penser « au-delà du produit ». Par exemple tous les services qu’il y a autour du produit : des recettes, des services qui habillent le quotidien … Créer une plateforme cohérente et à forte valeur ajoutée autour d’un produit qui est de plus en plus vécu comme une commodité. 

N’oubliez pas que c’est très rarement le consommateur qui fera l’effort de venir au produit. Il faut qu’il y trouve un intérêt ou une gratification suffisante. C’est à ce moment que l’expérience digitale rentre en jeu …

En conclusion, une stratégie digitale ne se fait pas en 1 jour et le contenu diffusé doit avoir du sens, un but. Pour atteindre les objectifs via le déploiement d’une plateforme digitale, les tactiques sont nombreuses et souvent indirecte. Il est donc essentiel d’y réfléchir.